A Bangkok, des prisonniers employés pour nettoyer les égouts

(AFP)

Descendre dans les canalisations et nettoyer à la force des bras les égouts de Bangkok, c'est la tâche ingrate confiée à certains prisonniers par les autorités thaïlandaises.

La capitale, située à seulement 1,5 mètre au dessus du niveau de la mer, est régulièrement inondée en raison de pluies abondantes, et le réseau d'égout est rapidement dépassé.

Après avoir soulevé les dalles de béton qui recouvrent les canalisations, plusieurs dizaines de détenus portant cuissardes de protection et gants épais, descendent et raclent la crasse, remplissant de grands bacs en fer avec des déchets puants.

"C'est un travail assez dur et épuisant", a déclaré un prisonnier de 33 ans, qui n'a pas été autorisé à donner son nom, ajoutant, sans surprise, que le travail était "malodorant".

Il est l'un des 80 détenus environ qui ont été transférés de trois prisons vers une banlieue de l'est de Bangkok et mis au travail.

Pour les prisonniers, ce labeur que personne ne veut faire leur permet de gagner un peu d'argent et surtout des réductions de peine, un jour par journée de travail effectué.

"Je suis toujours volontaire pour faire ce travail, pour pouvoir rentrer plus tôt auprès de ma famille", explique l'homme, portant une casquette de baseball bleu vif et un uniforme bleu foncé avec dans le dos l'inscription "prisonnier".

- Réduction de peine à la clé -

Les condamnés travaillent toute la journée, sous une chaleur accablante, nourris grâce aux dons de commerçants heureux de voir les canalisations devant leurs magasins enfin nettoyées.

"C'est la première fois depuis la pandémie" que les égouts sont nettoyés par des prisonniers, a déclaré un gardien de la maison d'arrêt de Bangkok, qui a refusé d'être identifié car il n'était pas autorisé à parler à la presse.

Autrefois surnommée la "Venise de l'Est", la capitale est souvent victime d'inondations pendant la saison des pluies - de juillet à octobre environ - et le refoulement des canalisations y contribue.

"Le fait de nettoyer davantage au début de la saison des pluies aidera les canalisations à évacuer l'eau plus rapidement et ne causera pas de problèmes une fois qu'il pleuvra", a déclaré un fonctionnaire de l'administration métropolitaine de Bangkok.

Et pour au moins un des prisonniers, à qui il restait moins d'un an à purger, le nettoyage des égouts l'a aidé à se sentir mieux par rapport à son passé.

"Nous avons fait des erreurs dans la vie, ce qui fait que nous finissons en prison, alors avoir une chance de sortir et de servir le public me satisfait."

Quoi de neuf ?
La carte de l'épidémie de coronavirus en temps réel
Rendez-vous Partenaires
(AFP)

A Bangkok, des prisonniers employés pour nettoyer les égouts

Le 13 août 2022 à00:19

Modifié le 13 août 2022 à 00:19

Descendre dans les canalisations et nettoyer à la force des bras les égouts de Bangkok, c'est la tâche ingrate confiée à certains prisonniers par les autorités thaïlandaises.

La capitale, située à seulement 1,5 mètre au dessus du niveau de la mer, est régulièrement inondée en raison de pluies abondantes, et le réseau d'égout est rapidement dépassé.

Après avoir soulevé les dalles de béton qui recouvrent les canalisations, plusieurs dizaines de détenus portant cuissardes de protection et gants épais, descendent et raclent la crasse, remplissant de grands bacs en fer avec des déchets puants.

"C'est un travail assez dur et épuisant", a déclaré un prisonnier de 33 ans, qui n'a pas été autorisé à donner son nom, ajoutant, sans surprise, que le travail était "malodorant".

Il est l'un des 80 détenus environ qui ont été transférés de trois prisons vers une banlieue de l'est de Bangkok et mis au travail.

Pour les prisonniers, ce labeur que personne ne veut faire leur permet de gagner un peu d'argent et surtout des réductions de peine, un jour par journée de travail effectué.

"Je suis toujours volontaire pour faire ce travail, pour pouvoir rentrer plus tôt auprès de ma famille", explique l'homme, portant une casquette de baseball bleu vif et un uniforme bleu foncé avec dans le dos l'inscription "prisonnier".

- Réduction de peine à la clé -

Les condamnés travaillent toute la journée, sous une chaleur accablante, nourris grâce aux dons de commerçants heureux de voir les canalisations devant leurs magasins enfin nettoyées.

"C'est la première fois depuis la pandémie" que les égouts sont nettoyés par des prisonniers, a déclaré un gardien de la maison d'arrêt de Bangkok, qui a refusé d'être identifié car il n'était pas autorisé à parler à la presse.

Autrefois surnommée la "Venise de l'Est", la capitale est souvent victime d'inondations pendant la saison des pluies - de juillet à octobre environ - et le refoulement des canalisations y contribue.

"Le fait de nettoyer davantage au début de la saison des pluies aidera les canalisations à évacuer l'eau plus rapidement et ne causera pas de problèmes une fois qu'il pleuvra", a déclaré un fonctionnaire de l'administration métropolitaine de Bangkok.

Et pour au moins un des prisonniers, à qui il restait moins d'un an à purger, le nettoyage des égouts l'a aidé à se sentir mieux par rapport à son passé.

"Nous avons fait des erreurs dans la vie, ce qui fait que nous finissons en prison, alors avoir une chance de sortir et de servir le public me satisfait."

Quoi de neuf ?
La carte de l'épidémie de coronavirus en temps réel

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.