Cherche employé désespérément: aux Etats-Unis, des entreprises peinent à recruter

(AFP)

Pour faire tourner sa salle de dégustation de bières récemment ouverte dans l'Etat de New York, Peter Chekijian n'a pas le choix: ses employés clés travaillent en général sept jours sur sept. Il peine à recruter du personnel pour les soulager.

Et les cuves de la brasserie ne fonctionnent toujours pas, faute de main d'oeuvre suffisante chez les sous-traitants.

"C'est un gros problème de trouver des gens pour finir le travail", explique à l'AFP ce propriétaire d'une petite brasserie, Twin Fork Beer.

De nombreuses entreprises peinent actuellement à recruter aux Etats-Unis.

Plus de 10 millions d'emplois étaient vacants fin août. Et le taux d'activité, c'est-à-dire la part des personnes qui travaillent ou cherchent un emploi, est passé de 63,3% juste avant la pandémie à 61,6% en septembre.

Les raisons sont multiples.

Certaines personnes craignent encore d'attraper le coronavirus, surtout si elles ont des enfants ou des personnes âgées à la maison.

D'autres ont pris une retraite anticipée pendant la pandémie, veulent changer leur équilibre entre vies privée et professionnelle, ne se satisfont plus des bas salaires.

L'expiration en septembre des allocations chômage plus généreuses mises en place au début de la pandémie ne s'est pas accompagnée d'une ruée vers l'emploi.

- "Guerre absolue" -

Or dans le même temps, avec la campagne de vaccination, les restaurants, les lieux de tourisme et de spectacle, ont rouvert. Et désormais, tous les distributeurs se préparent à la saison des fêtes.

"Il y a tellement d'employeurs qui cherchent à recruter en même temps", remarque Aaron Sojourner, économiste à l'université du Minnesota. "Cela crée un déséquilibre."

Pour attirer les candidats, "on essaie de payer autant qu'on peut (...), d'offrir un ensemble de prestations sociales", remarque Peter Chekijian. Il passe des annonces, fait des entretiens, va sur des foires à l'emploi. Mais "c'est terriblement lent". Et cela ralentit "incontestablement" la croissance de son entreprise, affirme-t-il.

Pour Maryclaire Hammond, responsable des ressources humaines pour l'entreprise de logistique GXO qui cherche à recruter 9.000 personnes pour la saison des fêtes aux Etats-Unis, "il y a une grosse compétition à tous les niveaux (...), une guerre absolue".

Pour s'assurer que les colis seront livrés à temps pour Noël, les grandes entreprises tentent de recruter des saisonniers à tour de bras: 150.000 chez Amazon, 150.000 chez Walmart, 100.000 chez Target, 100.000 chez UPS, 90.000 chez Fedex...

- Robots et burritos -

GXO manque surtout de manutentionnaires et de caristes.

Pour recruter, la société utilise des publicités ciblées sur internet et les réseaux sociaux, des panneaux d'affichage, des foires à l'emploi.

Dans certaines régions, elle a augmenté son salaire minimum de 3 à 5 dollars au cours des huit derniers mois, offre des primes à l'embauche ainsi qu'un ensemble de prestations (assurance-santé, cotisations retraites, prise en charge des frais d'université).

Mais il faut surtout inciter les gens à rester, remarque Mme Hammond.

"La main-d'oeuvre actuelle est assez volage. Si un entrepôt dans la rue d'à côté propose un dollar de l'heure de plus, ils vont changer", explique-t-elle.

L'entreprise tente de créer une bonne ambiance dans les entrepôts. "Ça peut paraître bête mais proposer de bons burritos le matin, ça motive les gens", dit la responsable.

Pour faire face, GXO a aussi augmenté l'automatisation des tâches dans ses entrepôts de 40% depuis un an. "Pour des manutentionnaires qui doivent parfois marcher jusqu'à 16 kilomètres par jour dans l'entrepôt, un robot peut les aider à trouver les produits plus facilement", explique Mme Hammond.

A la recherche d'un emploi administratif à plein temps, Staci Weinsheimer, 44 ans, sent que le marché tourne en sa faveur.

"J'ai beaucoup d'entretiens, j'ai beaucoup de bons retours de la part des employeurs", explique-t-elle après avoir rencontré quelques entreprises à une foire à l'emploi regroupant 27 entreprises de l'hôtellerie-restauration à Melville, dans l'Etat de New York. "Il y a tout un tas de postes différents qui sont disponibles, qui n'étaient peut-être pas ouverts il y a cinq ou six ans", remarque-t-elle.

Certains chômeurs peinent encore à décrocher des entretiens ou remettent en cause la volonté réelle des entreprises à faire des efforts.

"Les employeurs pourraient dépenser plus d'argent pour attirer les candidats et améliorer les conditions de travail. Ceux qui le font trouvent plus facilement", remarque Aaron Sojourner.

"Mais beaucoup d'employeurs sont réticents à augmenter les salaires parce que ça rogne sur leurs profits et que ça les obligerait à augmenter tout le monde", remarque-t-il. Certains préfèrent payer plus cher des heures supplémentaires.

Quoi de neuf ?
La carte de l'épidémie de coronavirus en temps réel
Rendez-vous Partenaires
(AFP)

Cherche employé désespérément: aux Etats-Unis, des entreprises peinent à recruter

Le 08 décembre 2021 à11:09

Modifié le 08 décembre 2021 à 11:09

Pour faire tourner sa salle de dégustation de bières récemment ouverte dans l'Etat de New York, Peter Chekijian n'a pas le choix: ses employés clés travaillent en général sept jours sur sept. Il peine à recruter du personnel pour les soulager.

Et les cuves de la brasserie ne fonctionnent toujours pas, faute de main d'oeuvre suffisante chez les sous-traitants.

"C'est un gros problème de trouver des gens pour finir le travail", explique à l'AFP ce propriétaire d'une petite brasserie, Twin Fork Beer.

De nombreuses entreprises peinent actuellement à recruter aux Etats-Unis.

Plus de 10 millions d'emplois étaient vacants fin août. Et le taux d'activité, c'est-à-dire la part des personnes qui travaillent ou cherchent un emploi, est passé de 63,3% juste avant la pandémie à 61,6% en septembre.

Les raisons sont multiples.

Certaines personnes craignent encore d'attraper le coronavirus, surtout si elles ont des enfants ou des personnes âgées à la maison.

D'autres ont pris une retraite anticipée pendant la pandémie, veulent changer leur équilibre entre vies privée et professionnelle, ne se satisfont plus des bas salaires.

L'expiration en septembre des allocations chômage plus généreuses mises en place au début de la pandémie ne s'est pas accompagnée d'une ruée vers l'emploi.

- "Guerre absolue" -

Or dans le même temps, avec la campagne de vaccination, les restaurants, les lieux de tourisme et de spectacle, ont rouvert. Et désormais, tous les distributeurs se préparent à la saison des fêtes.

"Il y a tellement d'employeurs qui cherchent à recruter en même temps", remarque Aaron Sojourner, économiste à l'université du Minnesota. "Cela crée un déséquilibre."

Pour attirer les candidats, "on essaie de payer autant qu'on peut (...), d'offrir un ensemble de prestations sociales", remarque Peter Chekijian. Il passe des annonces, fait des entretiens, va sur des foires à l'emploi. Mais "c'est terriblement lent". Et cela ralentit "incontestablement" la croissance de son entreprise, affirme-t-il.

Pour Maryclaire Hammond, responsable des ressources humaines pour l'entreprise de logistique GXO qui cherche à recruter 9.000 personnes pour la saison des fêtes aux Etats-Unis, "il y a une grosse compétition à tous les niveaux (...), une guerre absolue".

Pour s'assurer que les colis seront livrés à temps pour Noël, les grandes entreprises tentent de recruter des saisonniers à tour de bras: 150.000 chez Amazon, 150.000 chez Walmart, 100.000 chez Target, 100.000 chez UPS, 90.000 chez Fedex...

- Robots et burritos -

GXO manque surtout de manutentionnaires et de caristes.

Pour recruter, la société utilise des publicités ciblées sur internet et les réseaux sociaux, des panneaux d'affichage, des foires à l'emploi.

Dans certaines régions, elle a augmenté son salaire minimum de 3 à 5 dollars au cours des huit derniers mois, offre des primes à l'embauche ainsi qu'un ensemble de prestations (assurance-santé, cotisations retraites, prise en charge des frais d'université).

Mais il faut surtout inciter les gens à rester, remarque Mme Hammond.

"La main-d'oeuvre actuelle est assez volage. Si un entrepôt dans la rue d'à côté propose un dollar de l'heure de plus, ils vont changer", explique-t-elle.

L'entreprise tente de créer une bonne ambiance dans les entrepôts. "Ça peut paraître bête mais proposer de bons burritos le matin, ça motive les gens", dit la responsable.

Pour faire face, GXO a aussi augmenté l'automatisation des tâches dans ses entrepôts de 40% depuis un an. "Pour des manutentionnaires qui doivent parfois marcher jusqu'à 16 kilomètres par jour dans l'entrepôt, un robot peut les aider à trouver les produits plus facilement", explique Mme Hammond.

A la recherche d'un emploi administratif à plein temps, Staci Weinsheimer, 44 ans, sent que le marché tourne en sa faveur.

"J'ai beaucoup d'entretiens, j'ai beaucoup de bons retours de la part des employeurs", explique-t-elle après avoir rencontré quelques entreprises à une foire à l'emploi regroupant 27 entreprises de l'hôtellerie-restauration à Melville, dans l'Etat de New York. "Il y a tout un tas de postes différents qui sont disponibles, qui n'étaient peut-être pas ouverts il y a cinq ou six ans", remarque-t-elle.

Certains chômeurs peinent encore à décrocher des entretiens ou remettent en cause la volonté réelle des entreprises à faire des efforts.

"Les employeurs pourraient dépenser plus d'argent pour attirer les candidats et améliorer les conditions de travail. Ceux qui le font trouvent plus facilement", remarque Aaron Sojourner.

"Mais beaucoup d'employeurs sont réticents à augmenter les salaires parce que ça rogne sur leurs profits et que ça les obligerait à augmenter tout le monde", remarque-t-il. Certains préfèrent payer plus cher des heures supplémentaires.

Quoi de neuf ?
La carte de l'épidémie de coronavirus en temps réel

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.